May 23, 2005

Histoire de l'émail à Limoges : le livre !

Posted by

Manuel Diaz

Jean-Marc, un ami à moi, prépare un livre à paraître en octobre prochain sur l’histoire de l’émail à Limoges. Afin de pouvoir boucler le budget sur les droits de reproduction, il lui manque un fond de budget (4000€). Il serait dommage de limiter l’approche éditoriale pour ces raisons qu’en pensez vous ? D’autant que le projet est soutenu par les pouvoirs publics régionaux, locaux et nationaux. Le livre est amené à être distribué dans de nombreux musées dont le Louvre ! Si ça vous dit de soutenir cette belle initiative, laissez un commentaire, on transmettra…

Alexis

Des livres sur l’émail à Limoges, il y en a déjà eu. Ce sont soit des pavés soit des ouvrages plus spécialisés sur une période donnée.
Sur l’aspect médiéval, on a déjà donné et c’est peut-être plus le rôle de ce savoir-faire dans l’économie, le tissu social et l’urbanisation de la ville au moyen-âge qui m’intéresse.
Par ailleurs, j’ai toujours pensé que l’intégration de l’émail dans le bâti est un sujet très intéressant et peu abordé. Il y a les plaques funéraires émaillées (déjà traitées par le même auteur il me semble), l’intégration de l’émail dans certaines demeures de type art-nouveau notamment ou bien évidemment certains bâtiments et éléments d’architecture publique.
Sur le volet artistique, C&P avait édité un bel ouvrage il y a quelques années, mais un petit retour sur la création et les grandes heures de la biennale serait peut-être aussi amusant…
Ceci étant dit, c’est donc l’approche envisagée par l’auteur pour cet ouvrage qu’on attend …

Jmarc Ferrer

l’ouvrage se veut un parcours historique du MA à nos jours. Il sera bilingue dans la collection Patrimoine en poche et diffusé dans le monde entier via le réseau des musées qui vont louer leurs clichés. ce sont les droits à acquitter qui posent encore problème et les auteurs souhaitent rendre le plus international possible cet ouvrage. L’analyse des XIX et XX e siècles tente d’aborder la spécificité de cet art qui a pris un caratère artisanal voire passéiste dès le XIX e siècle.Quel avenir pour un artisanat d’art qui sert aussi l’image d’une ville et une région dans leur rayonnement international.
Jmarc

tyty

juste pour dire que cela est parfaitement bien