June 30, 2015

L’invité de la Quinzaine: Charles-Edouard Vincent , Fondateur de Lulu dans ma rue

Posted by

Manuel Diaz

Tous les quinze jours, retrouvez l’interview de la Quinzaine dans votre Newsletter Food For Thought. Ouvrez vos chakras, boostez votre quotient “cool” et insufflez le bon mot! Et si vous n’êtes pas encore inscrits, rendez-vous ici.

 

Charles-Edouard Vincent a eu la bonne idée de créer la conciergerie de quartier « Lulu dans ma rue » – Garde d’enfant, déménagement, montage d’un meuble en kit.… Lulu est là pour vous.

Interview.

 

Capture d’écran 2015-06-29 à 13.44.44

Après quels constats et pourquoi avez-vous créé Lulu dans la rue ?

Le constat est double : lorsqu’on a besoin d’un coup de main pour n’importe quel petit boulot (descendre des objets encombrants, monter un meuble en kit, un petit bricolage, dépannage informatique, etc.) on n’a souvent pas la bonne personne sous la main. Créer une conciergerie de quartier est la solution à tous ces petits tracas du quotidien.

La ville manque de lien social. On demande à un prestataire anonyme de se déplacer de l’autre bout de Paris alors qu’on a souvent un voisin qui possède la compétence requise. Il y a beaucoup plus de sens à connecter des personnes d’un même quartier dont les besoins et les compétences correspondent dès lors qu’il s’agit de petits services.

 

Aujourd’hui, Lulu dans la rue est dans un arrondissement – qui fait appel à Lulu  et à quelles conditions ? 

Nous sommes lancés dans le 4e arrondissement. N’importe qui peut faire appel à Lulu.

Aujourd’hui ce sont davantage des femmes. Tous les âges sont concernés avec une majorité de personnes de plus de 40 ans. Les conditions sont simples : nous trouvons le Lulu qui a la compétence et le rendez-vous est pris.

Les prestations sont décomptées 5 euros les 20 minutes, soit 15 euros de l’heure. Comme il s’agit souvent de services à la personne, la moitié est déductible des impôts.

 

Quel est votre modèle économique  ?

Nous prélevons une partie des revenus des Lulus. Nous ne le faisons pas encore, car le projet est toujours en phase de test, mais cela devrait tourner autour de 15%.

 

Quelles sont vos ambitions ? 

Le 4e arrondissement n’est que le début. Nous souhaitons nous étendre au reste de Paris et plus tard en province. Les prochains kiosques parisiens apparaîtront dans les mois à venir.

Nous allons lancer une application mobile qui permettra de simplifier toutes les étapes et également de dépasser les zones de couverture des kiosques.

 

www.luludansmarue.org

Comments are closed.